Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Au p'tit coin

Au p'tit coin

Menu

Tout fout le camp !

La France va mal, le pays tombe... Histoire de donner un peu de substance à ce constat, petit tour du monde des déçus de la "french touch". La chronique de Courrier international sur France Culture.

Les Français sont tous des ours mal léchés, c'est bien connu. En tout cas le correspondant du quotidien genevois Le Temps explique comment, en deux ans de vie parisienne, il est passé de l'exquise politesse de sa Suisse natale au ronchonnement français. "La vie à Paris, explique Sylvain Besson, exerce une pression telle qu'elle érode les bonnes manières de façon quasi mécanique." "L'exemple classique est cette façon qu'ont les gens de répondre au téléphone. Au début de mon séjour, j'énonçais mon nom et mon prénom. Puis, à force de coups de fils, de sollicitations et d'appels importuns, mes réponses se sont dégradées en un simple 'allô ?'… pour finir par se transformer en 'ouais ?'." "Je n'en ai même pas honte, ajoute Sylvain Besson : A Paris, tous les journalistes qui se respectent répondent par un 'ouais ?' agacé – quand ils daignent répondre."
Enfin, "j'ai fini par comprendre", écrit-il, "le ton proverbialement sec employé par certains serveurs dans les bars et restaurants de Paris. Etre mal poli, c'est se donner de l'importance, et c'est une forme de réaction naturelle face à l'excès de stress." Voilà donc le mystère éclairci : les serveurs parisiens ne sont pas insupportables, ils sont stressés ! Il fallait y penser.
Et en plus d'être impolis, les Français se sont américanisés ! Pour La Jornada, c'est vraiment le comble de l'horreur. Pourtant, explique le correspondant de ce quotidien mexicain très marqué à gauche, la France a toujours été à l'avant-garde : elle a fait la révolution avant tout le monde, a inventé la bourgeoisie, sans même parler des courants littéraires et picturaux. La France, ajoute-t-il, a même inventé – avec de Gaulle – la résistance à l'impérialisme américain. La France, pour La Jornada, était un peu à l'image de Juliette Greco : racée, rebelle, raffinée… presque un concept en somme. Et aujourd'hui, où est passée Juliette Greco ? La culture américaine domine la télévision, les films, la musique et même la radio. McDonald's a remplacé les bistrots enfumés et Disneyland s'est installé aux portes de Paris. Pis encore : les Français parlent anglais et ils n'ont même plus cet horrible accent qui les rendait incompréhensibles quand ils parlaient la langue de Shakespeare. Non, vraiment, tout fout le camp !
Bref, il ne reste plus qu'à prendre ses jambes à son cou et à s'enfuir. C'est exactement ce qu'on fait 600 Juifs de France qui, mercredi 25 juillet 2007, ont quitté Paris avec armes et bagages – et souvent en famille – pour faire leur aliya, c'est-à-dire pour immigrer en Israël. Depuis l'an 2000, ils sont environ 3 000 par an à faire ce choix et 2007 promet d'être une année record. Pourquoi s'en vont-ils ? Le quotidien israélien Yediot Aharonot a interrogé la famille Bénichou à sa descente d'avion. Pour Jacqueline Bénichou, c'est d'abord la réalisation d'un vieux rêve. Mais il y a aussi d'autres raisons : Jacqueline est mère de deux enfants et elle ne se sentait pas en sécurité en France : "J'étais toujours inquiète pour mes enfants, ici je me sens en sécurité ." Aussi incroyable que cela puisse paraître, Jacqueline se sent plus en sécurité en Israël, pays au cœur du conflit proche-oriental, qu'à Paris. Mais le plus étonnant, c'est encore son mari Gérard. Non pas tant parce que Gérard rêve de commencer une nouvelle vie en Terre promise, mais parce qu'il n'est pas tout à fait n'importe qui. Gérard Bénichou n'est autre que l'ancien chauffeur personnel de François Mitterrand ! Alors là vraiment, tout fout le camp !
Anthony Bellanger
Paru dans Courrier international le 27/07/07