Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Au p'tit coin

Au p'tit coin

Menu

La forêt française se métamorphose sous l'effet du changement climatique

 

 

FORÊT DE CAILLEBERT (SARTHE) ENVOYÉE SPÉCIALE

Gilles Cardot ne regardera plus jamais pousser ses arbres comme avant.  Avant, c'était quand ce forestier, responsable de 25 000 hectares dans l'ouest de la France, croyait avoir l'éternité devant lui. Tout a changé en 2003.

"Au lendemain de la canicule, nous avons décidé que, malgré toutes les incertitudes, il était plus raisonnable de croire au changement climatique et de commencer à agir", explique son directeur, Laurent Piermont. Les deux hommes travaillent pour la Société forestière, qui gère en France 250 000 hectares de forêts privées pour le compte de grandes institutions bancaires ou de sociétés d'assurances. Par ce matin gelé de janvier, ils ont chaussé leurs bottes pour passer en revue la forêt de Caillebert, dans la Sarthe.

Cette forêt de 250 hectares est devenue un laboratoire de l'adaptation aux effets du réchauffement. A cause de la pauvreté de ses sols sableux, des essences réputées résistantes y ont été introduites depuis longtemps. Le plan de gestion, qui constitue la mémoire du travail accompli, en témoigne. Celui de Caillebert offre une rare diversité entre les futaies de chênes, de châtaigniers, de pins, de peupliers...

"Ici, nous ne replanterons pas de pins maritimes, nous allons faire un essai avec un robinier sélectionné en Hongrie pour sa résistance à la sécheresse", explique M. Cardot devant une friche fraîchement coupée de 7 hectares. Le choix de ce cultivar hongrois ne tient pas au hasard : la plaine du Danube connaît aujourd'hui les étés caniculaires que la France pourrait subir dans quelques décennies. L'évolution des forêts australiennes, soumises depuis plusieurs années à des épisodes de sécheresse exceptionnelle, est également observée avec attention.

Le changement climatique agit de façon paradoxale sur les arbres. D'un côté, la teneur plus élevée de CO2 dans l'atmosphère stimule leur croissance, de l'autre, le manque d'eau lié aux fortes chaleurs estivales met en péril leur survie. Pour anticiper les effets du réchauffement, les forestiers s'appuient sur les scénarios du Groupe intergouvernemental d'experts sur l'évolution du climat (GIEC), complétés par les travaux menés plus localement par Météo France ou l'Institut national de recherche agronomique (Inra). Selon leurs prévisions, l'avenir des arbres français se jouera après 2050, quand la fréquence des canicules augmentera.

"Plus que la multiplication des tempêtes ou l'apparition de gelées précoces, la répétition des canicules représente la vraie menace pour la forêt", souligne M. Piermont. Pour anticiper ce bouleversement, la Société forestière a divisé ses arbres en deux catégories. D'un côté, ceux dont l'espérance de vie ne va pas plus loin que le milieu du siècle. Pour eux, l'intervention se limite à alléger la densité des plantations, pour s'adapter aux moindres réserves des sols en eau, et à programmer des coupes plus précoces. Les pins laricio, par exemple, ne seront plus récoltés à soixante-dix ans mais à cinquante.

De l'autre, tous les arbres qui devront encaisser de plein fouet les coups de chaud estivaux annoncés après 2050. "Là, nous entrons dans une zone d'incertitudes", reconnaît le directeur de la Société forestière. Certaines essences sont d'ores et déjà placées sur la liste des espèces menacées, comme l'épicéa commun, le sapin de Vancouver, le hêtre ou le chêne pédonculé.

"Nos chênes végètent", confirme Gilles Cardot en montrant des spécimens aux troncs anormalement étroits pour leur âge. Certains n'ont pas résisté aux sécheresses de la fin des années 1980 puis de 2003 et offrent le spectacle de longs fûts décharnés. Ils seront peu à peu remplacés par des châtaigniers ou des robiniers, deux essences que la Société forestière a retenues dans sa liste des variétés de transition, capables de survivre dans les conditions climatiques prévues après 2050.

Ces espèces, parmi lesquelles se trouvent aussi le tilleul, le cèdre, le pin laricio ou le chêne sessile, seront progressivement confortées ou introduites à Caillebert et ailleurs en France.

La diversification des essences offre pour l'instant la seule parade au changement climatique. Mais les forestiers avancent sur ce terrain avec modestie, car ils ne sont certains que d'une chose : "La nature ne répond jamais comme les hommes pourraient s'y attendre."

Laurence Caramel

LE MONDE | 13.02.08 | 15h32   Mis à jour le 13.02.08 | 15h32


Article paru dans l'édition du 14.02.08.