Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Au p'tit coin

Au p'tit coin

Menu

Les Argentins, cobayes pour laboratoires occidentaux

Comme dans un roman noir. Le quotidien argentin Pagina 12 révèle en une, lundi 26 mars, que des tests de médicaments ont été menés illégalement, en 2004 et 2005, sur les patients âgés d'un hôpital public de Rosario (province de Santa Fe). Un laboratoire américain de Pennsylvanie a versé plus de 40 000 dollars de pots-de-vin au personnel soignant pour tester l'efficacité d'un antibiotique qu'il avait mis au point. Et ce sans aucune autorisation officielle.

"Il n'y a pas qu'en Argentine qu'on cuit des fèves", commente le quotidien, pour signifier que "le problème est global". En effet, il n'y a pas qu'en Argentine que les multinationales pharmaceutiques se risquent à des pratiques douteuses. Le journal cite en exemple La Constance du jardinier, le roman de John Le Carré récemment adapté au cinéma par Hollywood : l'écrivain anglais y dénonçait des expérimentations médicales menées sur les populations les plus défavorisées d'Afrique.

"Les pays du Tiers-Monde, à cause de la pauvreté d'une grande partie de leurs habitants et la faiblesse de leurs gouvernements, admettent des pratiques que les pays occidentaux ne toléreraient jamais à l'intérieur de leurs frontières." Et, parmi eux, l'Argentine représente une cible de choix, avance Pagina 12 : "le caractère polyethnique de sa population" permet de constituer à peu de frais des échantillons statistiques variés. De même, "la qualité" des hôpitaux publics attire les laboratoires étrangers : ils sont certains de trouver sur place des malades en grand nombre, et surtout du personnel compétent.

Faut-il pour autant s'y résigner ? Le quotidien se réjouit en conclusion qu'une loi soit en gestation pour tenter d'encadrer ce genre de pratiques.

"L'opinion du 26 mars, paru dans Courrier international"